Tournons-nous, résolument vers la jeune pousse:
celle qui se nomme en nous émerveillement, Unis de mains ou d'espritdont la flamme ne se tarit que si nous la laissons soumise aux quatre vents de l’indigence; celle enfin que toi, jeune homme, au bord de ce lac étincelant, tu m’as montré du doigt: même au sein du plus grand désordre, de la vulgarité ordinaire, réside toujours une possibilité de lumière à réanimer, réconforter, à encourager, et c’est là notre devoir d’homme, d’être humain, d’y veiller.
Là est notre dignité, et nos mains, nouées les unes aux autres, en forment le serment, l’écrin du joyau, le cœur battant dans l’unisson des âmes…
Réjouis-toi dans la justice; courrouce-toi contre l’Iniquité; souffre sans te plaindre.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *